Asteroid Day 2020 – Partie I : NEO, NEA & PHA

Version italienne de l’article
On les appelle Apollos, Atens, Amors voire même Apoheles. Sous ces noms barbares aux accents latins se cachent en réalité les « astéroïdes géocroiseurs » (NEA in English, pour Near Earth Asteroids). Ces derniers sont eux-mêmes une sous-catégorie des « objets géocroiseurs » (NEO, pour Near Earth Objects), qui comprend également 110 comètes. Mais la majeure partie des 23 128 NEO (au 22/06/2020) sont des astéroïdes (Figure 1). Ces derniers sont des objets de toutes dimensions (de 1-2 m pour les plus petits, à 32-34 km pour le plus gros connu, (1036) Ganymède) dont le périhélie est inférieur ou égal à 1.3 UA(1). Et dont les orbites peuvent amener à proximité plus ou moins grande de la Terre. Et donc, par un jeu de malchance, entrer en collision avec notre planète !
Figure 1- Animation des NEO connus en janvier 2018.
Une menace qu’on imaginait exceptionnelle, mais que la chute de la comète Shoemaker-Levy 9 sur Jupiter en juillet 1994 (Figure 2) a ravivé dans les esprits. De nombreux programmes de recherches et détections des objets susceptibles d’impacter ou de présenter une menace à plus ou moins long terme ont donc été mis en place, faisant considérablement évoluer notre connaissance de ces petits objets. En fonction de leur orbite, chacun est classifié suivant les 4 catégories citées ci-dessus. Parmi eux, 2 093 sont classifiés comme « astéroïdes potentiellement dangereux », c’est-à-dire que leur taille (100 à 200 m de diamètre minimum) et leur orbite (ils peuvent se rapprocher à moins de 0.05 UA de l’orbite terrestre) en font des menaces plus sérieuses pour la Terre. Le plus gros d’entre eux, 1998 JM8, fait 7 km de diamètre.
Figure 2- “Cicatrices” dans l’atmosphère jovienne associées à des impacts de fragments de la comète Shoemaker-Levy 9 dans l’atmosphère de Jupiter. Crédit: Hubble Space Telescope Comet Team and NASA
Les résultats de ces programmes de surveillance (LINEAR, Catalina, Pan-STARRS, LONEOS, Spacewatch, ATLAS, NEAT, NEOWISE, etc.) sont extraordinaires : en 1990, seuls 140 NEA étaient répertoriés. Les chiffres ont dépassé 1 000 en 2000, puis 6 600 en 2010, et il est actuellement supérieur à 23 000 (Figure 3) ! Malgré ces chiffres impressionnants, aucun de ces objets ne représente une menace directe pour notre planète.
Figure 3- Graphique représentant les découvertes cumulées de NEA. Crédit : NASA/CNEOS
Notre connaissance de ces astéroïdes s’est également affinée avec les sondes spatiales, qui ont rendu visite à quelques-uns d’entre eux. Le premier baiser entre un NEA et une sonde (NEAR) eu lieu le 14 février 2001, avec (433) Eros, un astéroïde allongé de 17 km de long. Ont suivi (25143) Itokawa (Hayabusa, JAXA, en septembre 2005), puis (4179) Toutatis (Chang’e 2, CNSA, en décembre 2012).
Plus récemment, (162173) Ryugu (Hayabusa 2, JAXA, juin 2018) et (101955) Bennu (OSIRIS-Rex, NASA, décembre 2018, Figure 4) ont également été analysés sous toutes les coutures, et des échantillons parfois prélevés pour être renvoyés vers la Terre pour analyses.
Figure 4- Cartographie de la surface de l’astéroïde (101955) Bennu par la son de OSIRIS-Rex de la NASA. Crédit : NASA/Goddard/University of Arizona
À bord de cette sonde, un disque contient une œuvre de l’astro-artiste Cristina Cereda (Figure 5), réalisée en collaboration avec des chercheurs de l’Observatoire Astronomique de la région autonome du Val d’Aoste (OAVdA). Cette dernière a été sélectionnée par la NASA pour être embarquée et donc voyager jusqu’à l’astéroïde (101955) Bennu. Car si aujourd’hui les astéroïdes peuvent être destructeurs, ils sont également potentiellement les pourvoyeurs passés d’éléments indispensables à la vie sur Terre…
Figure 5- Œuvre d’art de Cristina Cereda réalisée en collaboration avec les chercheurs de l’OAVdA, sélectionnée par la NASA pour être embarquée sur la sonde OSIRIS-REx. Crédit : Cristina Cereda

Notes :
(1) UA : Unité Astronomique, soit la distance moyenne entre la Terre et le Soleil d’environ 149,6 millions de kilomètre
Page officielle : Asteroid Day 2020
asteroid_day_2020_part1