Programme Veillées 2019-2020

Programme des veillées grand public 2019-2020

Slider

Samedi 26 octobre 2019, à partir de 21h

21h-21h45 : La Lune, hier, aujourd’hui et demain

A l’occasion du 50ème anniversaire du premier pas de l’Homme sur la Lune, retour sur l’histoire de la conquête de la Lune. Aujourd’hui la Chine avec les missions Chang’e. Et demain ?
Le rover Yutu-2, photographié par la sonde lunaire chinoise Chang'e-4. Crédit: Stringer/ImageChina/AFP
Hubert Dautremay est un passionné d’astronautique, et d’exploration spatiale. Une passion qu’il exprime notamment via la réalisation de maquettes extrêmement fines de fusées, sondes et autres vaisseaux spatiaux.

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.

Proche du zénith, le grand carré de Pégase domine le ciel d’automne. Juste à côté, vous pouvez deviner, à l’œil nu, l’étoile 51 Pegasi, autour de laquelle gravite l’exoplanète 51 Pegasi b, toute première planète extrasolaire autour d’une étoile de type solaire découverte en 1995… à l’Observatoire de Haute-Provence ! Non loin de là, upsilon Andromedae est également facile à repérer : autour du composant principal de cette étoile double orbitent quatre exoplanètes, premier système planétaire découvert en 1997.
Carte du ciel du 26 octobre 2019, 23h

Samedi 23 novembre 2019, à partir de 21h

21h-21h45 : Ce que l’œil ne peut voir…

Depuis l’invention des lunettes astronomiques par Galilée en 1609, puis des télescopes par Newton en 1660, l’homme a mis à son service les techniques de son époque pour mieux appréhender et observer l’univers.
Instrumentaliste  à l’Observatoire de Lyon, j’ai œuvré pour les développements de prototypes liés aux mutations technologiques contemporaines, depuis la photométrie, l’interférométrie, l’infrarouge, la haute résolution angulaire, enfin la spectrographie qui permet par la richesse de ses informations d’établir de véritables « codes barres » des objets célestes au niveau de la dynamique, de la physique et de la chimie qui les caractérisent..
Ces instruments réalisés, pour beaucoup en collaboration, m’ont permis de  participer à leur mise en service dans des Observatoires « de mission » en France et dans le monde : Observatoires de Haute-Provence,  du CERGA sur la côte d’Azur, La Palma dans les îles Canaries, l’ESO dans le désert d’Atacama au Chili, Zelenchuk dans les montagnes du Caucase en Russie, ou dans les îles Hawaï au sommet du volcan Mauna Kea (4 200 m).
Les observations récentes du dernier spectrographe « Muse », intégré à l’Observatoire de Lyon et installé depuis 2014 sur un très grand télescope à l’Observatoire du Cerro Paranal de l’ESO, dans la Cordillère des Andes au Chili, sont inédites par rapport à l’Univers lointain…
Le spectrographe Muse, juste avant qu'il ne soit expédié au Cerro Paranal de l'ESO, au Chili. Crédit : Eric Le Roux/Service Communication/UCBL/MUSE
Dominique Dubet a travaillé comme instrumentaliste à l’Observatoire de Lyon, ce qui lui a permis de travailler sur nombrde d’instruments actuellement en service sur les plus grands observatoires du monde,  de l’Observatoire de Haute-Provence à l’ESO dans le désert d’Atacama (Chili).

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.

Notre galaxie, la Voie lactée, dont le nuage brillant traverse le ciel d’automne, n’est pas seule dans l’Univers, mais fait partie d’un amas de galaxies. Cet amas, le Groupe local, est composé de plus de 60 galaxies dont les membres les plus massifs sont la nôtre, mais également la galaxie d’Andromède (M31) et ses deux galaxies satellites (M32 et M110), ainsi que la galaxie du Triangle (M33), toutes quatre accessibles dans des instruments amateurs depuis l’hémisphère Nord.
Carte du ciel du 23 novembre 2019, 23h

Samedi 14 décembre 2019, à partir de 21h

21h-21h45 : Observez des poussières d’astéroïde avec les Géminides !

Le grand public est familier des “étoiles filantes d’août”, les célèbres Perséides qui régalent les les touristes estivaux du ciel. Les Géminides, actives au cours du mois de décembre, sont bien moins connues du grand public.
Cette pluie de météores est pourtant la plus active de l’année, et son observation est plus facile que les Perséides, à condition de s’équiper contre le froid ! C’est également une occasion unique d’observer ces flèches lumineuses associées à l’entrée à très grande vitesse dans l’atmosphère de poussières issues d’un astéroïde (ou une comète éteinte)  géocroiseur : (3200) Phaéton…
La pluie de météores des Géminides photographiée depuis l'observatoire de Xinglong (Chine). Crédit : Steed Yu/NightChina.net
Karl Antier est géophysicien de formation et passionné d’astronomie depuis plus de 25 ans. Membre de l’International Meteor Organization, il observe ces petits objets que sont les météores depuis près de 20 ans, est à l’origine du RÉFORME (RÉseau Français d’ObseRvation des MEtéores) et participe activement au réseau Vigie-Ciel et au projet FRIPON.

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.

La soirée devrait être rythmée par l’apparition fugitive des Géminides, dont le maximum d’activité est prévu le 14 décembre. Les météores issus de cette source sembleront provenir, par effet de perspective, de la constellation des Gémeaux, à proximité de la position de la Lune. Ce devrait être une vingtaine d’étoiles filantes qui seront observables par heure.
Carte du ciel du 14 décembre 2019, 23h

Samedi 25 janvier 2020, à partir de 21h

21h-21h45 : Mesurer les distances dans l’espace

Unités astronomiques, années-lumière ou encore parsec, telles sont les unités de mesure de distance familières aux astronomes qu’il soit professionnel ou amateur. Mais comment mesure-t-on la distance de la Terre à la Lune ? Et les étoiles ? Des méthodes géométriques aux céphéides en passent par les supernovæ de type Ia ou encore loi de Hubble, des outils pour mesurer toujours plus loin…
Les méthodes et unités pour estimer les distances dans l'Univers sont diverses et variées.
Romuald Coutenceau est astronome amateur depuis plus de 30 ans et à la suite d’un cursus universitaire en biologie, intéressé par les mystères et curiosités que nous offre la nature, il a choisi d’être médiateur scientifique en astronomie, carrière qu’il a embrassée depuis un peu plus de 15 ans dont dix au Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire.
Il apprécie l’observation visuelle et l’astrophotographie (photographie des objets célestes) ; collectionneur de météorites, ses études l’ont conduit à s’intéresser à l’entomologie (l’étude du monde des insectes).
Ce sont tous ces centres d’intérêts qu’il invite à partager avec le plus grand nombre.

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Les étoiles ne sont pas éternelles ! Elles naissent dans de grands nuages de gaz et de poussières, les nébuleuses, et elles disparaissent de manière plus ou moins violente en libérant leur gaz dans l’espace, donnant naissance à… des nébuleuses. De la nébuleuse d’Orion à celle du Crabe, le ciel d’hiver permet de reconstituer la vie d’une étoile, de sa naissance à sa fin !
Carte du ciel du 25 janvier 2020, 23h

Samedi 22 février 2020, à partir de 21h

21h-21h45 : Les grands observatoires dans le monde

Very Large Telescope (VLT), Keck,Large Binocular Telescope (LBT) et bientôt Extremely Large Telecscope (ELT), petit tour d’horizon des plus grands observatoires du monde actuels et à venir.
Vue d'artiste du futur Extremely Large Telescope (ELT). Crédit : ESO
David Calmels est astronome amateur et médiateur scientifique au Centre d’Astronomie.

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Jeunes étoiles et galaxies ne sont généralement pas isolées dans l’Univers : le ciel d’hiver et de printemps regorge ainsi d’amas ouvert d’étoiles jeunes (quelques millions ou dizaine de millions d’années), ainsi que d’amas de galaxies (dans les constellations du Lion, de la Vierge et de la Chevelure de Bérénice).
Carte du ciel du 22 février 2020, 23h

Samedi 21 mars 2020, à partir de 21h

21h-21h45 : La guerre dans l’espace : des missiles V2 aux satellites espions

Depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours les fusées et les techniques de propulsion ont toujours intéressé les militaires pour l’élaboration de missiles. Même si les missiles balistiques on amenés à l’exploration civile et scientifique de l’espace, les armées ne sont jamais bien loin de ces technologies, que ce soit pour observer son ennemi ou écouter ses alliés…
La série de satellites américains KeyHole ressemble étrangement à Hubble : ce sont des télescopes spatiaux... mais pointés vers le sol pour des missions d'espionnage.
Damien Laurent est médiateur scientifique en astronomie depuis 2004. Passionné d’astronomie, d’histoire et de voyage. Bénévole actif et animateur de l’association d’astronomie CAOS depuis 1998. Diplômé d’un brevet de technicien en optique instrumentale.

21h50-22h10 : Lecture du ciel au laser

22h15-00h00 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Si les instruments embarqués à bord des satellites espions sont parfois inconnus, les satellites en eux-mêmes ne le sont pas, et même s’ils sont classifiés, leurs orbites sont connues. Les satellites et stations spatiales sont visibles par dizaines tous les soirs, sous forme de points plus ou moins lumineux se déplaçant relativement lentement sur la voûte céleste. Il est même possible de prévoir leur horaires de passage et leur trajectoire dans le ciel.
Carte du ciel du 21 mars 2020, 23h

Samedi 25 avril 2020, à partir de 21h30

21h30-22h15 : Soirée famille, contes et légendes du ciel

De tout temps, le ciel étoilé a inspiré aux hommes des contes et légendes que l'on retrouve encore aujourd'hui dans les constellations définies par les astronomes.
Séance animée par un médiateur scientifique du Centre d’Astronomie.

22h20-22h40 : Lecture du ciel au laser

22h45-00h30 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Dans la soirée du 25 avril, n’hésitez pas à jeter un œil au-dessus de l’horizon Ouest juste après le coucher du Soleil : un croissant de Lune paré de lumière cendrée sera localisé pile entre les amas ouverts d’étoiles des Hyades et des Pléiades, dans la constellation du Taureau.
Carte du ciel du 25 avril 2020, 23h

Samedi 23 mai 2020, à partir de 21h30

21h30-22h15 : 25 ans de découvertes d’exoplanètes

Il y a 25 ans Michel Mayor et Didier Queloz, avec le T193 de l’Observatoire de Haute Provence, identifiaient la première planète tournant autour d’un autre soleil dans notre galaxie.
Depuis ce sont plus de 4000 exoplanètes qui ont été débusquées à travers la Voie Lactée.
Comment détecte-t-on ces planètes extrasolaires ? A quoi ressemblent-elles ? A-t-on trouvé une soeur jumelle de la Terre ?
L’occasion de faire un point sur cette quête qui déjà suscitait le débat au sein des philosophes grecs.
Vue d'artiste d'une exoplanète...
Romuald Coutenceau est astronome amateur depuis plus de 30 ans et à la suite d’un cursus universitaire en biologie, intéressé par les mystères et curiosités que nous offre la nature, il a choisi d’être médiateur scientifique en astronomie, carrière qu’il a embrassée depuis un peu plus de 15 ans dont dix au Centre d’Astronomie de Saint-Michel l’Observatoire.
Il apprécie l’observation visuelle et l’astrophotographie (photographie des objets célestes) ; collectionneur de météorites, ses études l’ont conduit à s’intéresser à l’entomologie (l’étude du monde des insectes).
Ce sont tous ces centres d’intérêts qu’il invite à partager avec le plus grand nombre.

22h20-22h40 : Lecture du ciel au laser

22h45-00h30 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Dans la soirée du 23 mai, un horizon bien dégagé sera nécessaire pour guetter le très fin croissant de Lune surplombé des planètes internes Mercure et Vénus.
Carte du ciel du 23 mai 2020, 23h

Samedi 20 juin 2020, à partir de 21h30

21h30-22h15 : Dernières nouvelles de Mars – ExoMars 2020

En juillet 2020, la sonde ExoMars 2020 devrait quitter la Terre pour la planète rouge, qu’elle atteindra en mars 2021. L’occasion de revenir sur une planète qui a alimenté tous les fantasmes et dont l’exploration fascine toujours autant…
Le véhicule européen Rosalind Franklin devrait rouler sur le sol de la planète rouge, amené sur Mars grâce à la mission ExoMars 2020. Crédit : CNES
Olivier Labrevoir est astronome amateur et médiateur scientifique au Centre d’Astronomie.

22h20-22h40 : Lecture du ciel au laser

22h45-00h30 : Observation aux instruments

Plongée dans le Système solaire, ses planètes, puis l’Univers lointain (nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles) avec une observation du ciel aux instruments (télescopes de 200 à 600 mm et jumelles géantes), accompagnés par les animateurs du Centre d’Astronomie.
Ce seront deux points brillants qui vont faire un pas de deux dans le ciel estival : les planètes géantes gazeuses Jupiter et Saturne sont de retour dans le ciel du soir, et vont se côtoyer pendant les trois mois de l’été, pour le plus grand plaisir des observateurs, pour lesquels la vision des satellites de Jupiter ou des anneaux de Saturne est souvent inoubliable.
Carte du ciel du 20 juin 2020, 23h